RITUEL POUR ENFANTS NON-NES

fausse-couche1.jpg

Cet atelier est à destination des femmes dont les ventres ont portés un projet de vie non arrivé à terme.

Fausse-couche, interruption volontaire de grossesse, perte d'un jumeau in utéro... le corps en gardera les mémoires.

Il s'agira au cours de cette rencontre de rendre hommage à cette vie non manifestée.

La reconnaître et lui donner une dimension humaine et sacrée.

Les femmes qui perdent un fœtus, quel que soit son âge, ou un enfant à la naissance doivent pouvoir être entendues dans toutes les dimensions de leur souffrance.

Les femmes qui décident d'interrompre une grossesse ne le font jamais sans raison et la souffrance de la perte peut alors se teinter de culpabilité, de non-dit, et être refoulée... pour ressortir dans les générations suivantes.

La perte d'un jumeau in utéro n'est pas toujours connue, même par la mère, mais le corps en garde la mémoire. Le bébé qui survivra en portera les séquelles qui se déploieront sa vie durant et que l'on nomme le syndrome du jumeau perdu . Des croyances  négatives peuvent alors impacter le bébé survivant , induisant des comportements de dévalorisation pour le reste de sa vie.

La reconnaissance du fœtus en tant qu’être humain les aide à faire le deuil de cette vie qui les a traversées, ou de ce jumeau qui est venu juste pour un moment.

Cette reconnaissance donne un sens à ce qui fut éprouvé dans le corps et le psychisme de chacun. Quelle que soit la façon dont cette perte est vécue, elle s’inscrit dans une histoire et vient résonner d’une façon singulière en fonction de chaque individu et de son roman familial.

Le rituel réalisé lors de cet atelier a pour vocation de libérer la parole, le coeur et la lignée, d'un poids de culpabilité, de souffrance non-exprimée et de non-dit...

Atelier réservé aux femmes

aspect-traumatique-de-la-fausse-couche.png